– 10

– 9
janvier 12, 2019
– 11
janvier 10, 2019
Quand j'avais 17 ans, j'ai terminé un cours d'espagnol, ma grand-mère m'a appelé avec une proposition. Elle a ajouté qu'elle avait lu dans un journal qu'ils cherchaient des volontaires en Espagne pour un événement de jeunes avec le Pape. Je voulais pratiquer mon espagnol, alors j’ai pensé que cet événement avec le Pape serait pratique et intéressant. Je me suis inscrite comme volontaire parce que c'était la seule option que je voyais, je ne savais pas ce que les JMJ signifiaient. Pour aller à mes premières Journées à Madrid, je ne savais pas qu'il y existait une option pour être un pèlerin.
Je suis arrivée à Madrid et je suis tombée amoureuses de l’atmosphère que les jeunes du monde entier apportent (Salutations à tous les volontaires qui ont vécu à IFEMA :p). Je suis tombée amoureuse de l’union entre tous, l’énergie super positive ! Je me souviens quand j'ai vu (depuis le toit d'un immeuble) tous ces jeunes qui sont venus à l'aéroport de Cuatro Vientos pour rencontrer le Pape. 2 à 3 millions de personnes, je me sentais fière de pouvoir y mettre mon grain de sable en tant que volontaire. Je ne doutais pas d’être bénévole à Rio et à Cracovie. Ils m’ont donné différentes activités, parmi elles ; inscription des pèlerins, points d’information, préparatifs pour le pape, chauffeur des évêques... Dans tout ce que j’ai fait en tant que volontaire, j’ai pu rendre une autre personne heureuse - et cela me donne beaucoup d’énergie.
À Rio, j’ai découvert qu’il y avait du bénévolat à long terme, j’ai considéré ces bénévoles comme une autorité. À ce moment-là, je n'aurais jamais cru qu'un jour je pourrais être l'un d'entre eux. J'ai toujours été bénévole de courte durée et, pour le bien que les JMJ ont apporté dans ma vie, je voulais m'offrir davantage et devenir un bénévole de longue durée. Quand ils ont annoncé les Journées seront au Panama, j'ai décidé d'essayer.
En Pologne, beaucoup ont souhaité être des volontaires de longue durée, il y a eu plus de 100 personnes et le Comité ne pouvait envoyer au Panama que deux personnes. Le processus comportait 4 étapes, et mes parents ne croyaient pas qu’ils allaient me choisir.
Quand j'ai finalement reçu la réponse positive, j’ai sauté sur la chaise de joie. À la fin, il me manquait une chose : payer le vol, ce qui m'a valu beaucoup de soutien de ma paroisse de Bydgoszcz. J'ai informé toute ma famille à Noël, en disant que la prochaine fois, je ne le passerai pas avec eux. Mes parents se souciaient de mes études, je devais les arrêter pendant un an et quitter mon travail.
Je sers au Panama depuis mars 2018 et TOUT VAUT LA PEINE ! Je suis heureuse de faire à nouveau partie du voyage. Je vous attends au Panama !
Justyna Urbanowska, Pologne