– 12

– 11
janvier 10, 2019
– 13
janvier 8, 2019
En 2016, j’ai participé pour la première fois aux JMJ. J’avais choisi d’être volontaire au service du contenu international. Ce n’est pas la première fois que je suivais un événement du côté des journalistes, mais cet événement avait définitivement une saveur particulière. Les organisateurs nous ont offert une confiance inestimable. Les JMJ m’ont apporté une très grande sérénité avec le Christ.
Pendant les deux semaines, il était parfois difficile de suivre les messes, en partie à cause de la barrière de la langue, mais aussi car je me cachais derrière mes notes. Néanmoins, je ressentais la force de l’Evangile après coup, lorsque j’écrivais, comme si à chacune des difficultés rencontrées, j’obtenais une réponse.
Cette force, elle était aussi due à l’équipe, venant des quatre coins du monde pour écrire dans les neuf langues officielles des JMJ. Dans cette salle où plus d’une vingtaine de volontaires se relayaient, l’atmosphère des rues de Cracovie se ressentait aussi ici. Bon, je dois avouer : on ne dansait, on chantait peu. Mais l’entraide, le partage et la communion régnaient.
Je n’ai pas pu me rendre au Campus Misericordiae pour la Veillée. Nous avons alors organisé notre propre veillée, suivie par télévision et relayée par nos soins sur le site web. En même temps, nous étions dans l’effervescence des articles à écrire sur le pèlerinage, les différents témoignages. Quand le Pape nous a appelé à construire des ponts, nous étions comme transportés au Campus, en se tenant nous aussi les mains. Quand l’adoration a débuté, nous avons pris un temps de prières : je n’aurai jamais pensé prier devant un écran plat. Ces moments m’ont fait comprendre qu’importe l’endroit, qu’importe ce que l’on fait, si on y met tout notre cœur pour servir notre Seigneur, le Seigneur nous le rendra par une joie profonde.
Anne Laure, France