– 30

– 29
décembre 23, 2018
– 31
décembre 21, 2018
Il arrive assez souvent, au cours de la journée, que je réussisse à trouver un espace de réflexion qui ne soit que pour moi. Dans ces moments, beaucoup de photos et d'images des JMJ Cracovie me traversent l’esprit : la couleur bleue de nos t-shirts et kits de volontaires, le stade Wisla, notre hébergement, la salle 105 du centre des médias, où je m’occupais des contenus internationaux au département de la communication. Mais aussi les câlins, tous les moments d’émotion avec mes collègues, mes frères et sœurs, les moments émouvants passés ensemble à rire, danser et chanter jusqu’à tard dans la nuit, même s’il y avait une heure de retour prévue, les prières de groupe, les aides réciproques, en particulier à cette époque où la quantité de choses à faire semblait énorme mais qui en réalité était facile à gérer. Je me demande donc : "Les JMJ 2016 est-elle vraiment terminée” ?
Non. Et probablement, cela fonctionne toujours et continue.
Trois ans plus tard, alors que je me préparais presque pour le Panama, je me suis rendu compte que le service qui m’était confié ne consistait pas uniquement à rédiger, réviser et publier des articles sur la page Web italienne du site Web officiel, mais quelque chose de plus simple et plus profond.
Le vrai service consistait en une attention constante envers les autres, en commençant par de petites choses. Par exemple, une tasse de café pour Michail et un en-cas sucré pour Gosia le matin pour bien commencer la journée; aider Anne-Laure à publier son article; un sourire à Valérie dans un moment d'abattement; dire à Magda que j'étais prête à lire au mess ou pendant notre réflexion spirituelle; aider Maryan avec «notre» programme CMS, un câlin à Michail et nos larmes de joie avec André lorsqu'il a découvert qu'il allait serrer la main au pape François.
Rien de spécial au final, juste des petites choses faites de tout mon cœur et selon mon caractère. Rien de spécial mais… Valérie parle avec sa mère et dit qu'elle m'a trouvé comme sa «maman» italienne ; Maryan se réjouit quand il découvre que je suis grecque-catholique comme lui ; Gosia partage avec moi l'émotion d'un grand rêve de changer de vie, un véritable «miracle» ; André éclate de joie quand je lui ai donné un bracelet de chapelet à Czestochowa ; Michail, notre coordinatrice, me salue en disant : «Merci de prendre soin de nous».
Le volontaire change sa vie et les JMJ change la vie des volontaires.
On se voit au Panama, dans le département de traduction !
Maria Antonietta Manna, Italie