– 38

– 37
décembre 15, 2018
– 39
décembre 13, 2018
En peu de mots, mon expérience des JMJ à Cracovie m'a permis de comprendre le sens total de la devise « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront la miséricorde » (Mt 5, 7), car j'avais tout pour vivre les JMJ « calmement ». J'avais déjà participé à d’autres JMJ, à Rio en 2013). J'étais seul et je ne dépendais donc pas d'un groupe. Je communiquais en anglais au besoin (et dans d'autres langues). Je n'ai oublié aucun élément nécessaire pour « survivre ». Il ne s'agissait alors que de contempler et de comprendre!
Mais comme Seigneur renouvelle tout, je me suis vite retrouvé responsable d’un petit groupe de maladroits, qui ont traversé l’océan sans parler un mot d’anglais, avec presque aucune expérience dans les JMJ mais avec plusieurs types de contraintes, de la celles émotionnelles comme la honte et la peur, aux physiques, comme la fatigue rapide et l’allergie. Et l'allergie était de à la viande de porc, dans un endroit où il n'y avait que du porc...
J'ai accepté cette mission avec beaucoup de bonheur et de courage, malgré quelques obstacles, et à la fin j'ai certainement amené ce groupe à la rencontre avec le Christ. En un coup d’oeil vers chacun, il était clair que l'objectif a été atteint.
Cependant, cette expérience ne m'a fait comprendre que la moitié du slogan, parce que j'avais été miséricordieux, mais je ne l'avais pas encore atteint. Et cela s'est passé de la manière la plus inhabituelle. Soudain j’ai été le maladroit ! Je suis allé seul à la Veillée, parce que le groupe de maladroits préférait aller faire des courses et ensuite se rendre en voiture à la limite du Campus Misericordiae. J’y suis allé avec une petite batterie sur mon téléphone et sans argent pour retourner à l'endroit où je restais, et bien sûr, c'était vraiment loin du campus. Je n’ai pas pris le kit-repas qu’ils ont distribué sur la route et après la messe de clôture du dimanche, le ciel de la Pologne a lâché une pluie torrentielle... Seul un ange gardien - très expert en route de Cracovie - pouvait m'aider dans cette situation. Et tu sais quoi? Ils existent!
J'étais à la gare, je ne savais pas où j'allais, quand soudain une jeune personne m'a vu perdu sous la pluie et a décidé de m'aider (malgré le fait qu'elle était déjà avec un petit groupe d'amis, cela semble aussi maladroit). Elle n'a rien demandé, elle voulait seulement savoir où je voulais aller et a décidé de m'aider. La première providence a été de traduire pour moi les signes de la gare en polonais, même si elle ne connaissait pas ma destination, même si celle-ci disparaîtrait à cause de la pluie. Si elle ne m’avait pas aidée, je serais peut-être toujours là, dans l’attente d’un train qui n’arriverait jamais (et qui me conduirait dans un lieu inconnu). Comme la ville était chaotique, nous avons commencé une véritable odyssée à Cracovie sous une forte pluie qui ne nous a jamais permis de faire une pause. C'était déjà l'heure du déjeuner, j'avais faim et j'avais besoin de manger avec quelques pièces de monnaie polonaises qu'il me restait, mais cela ne suffisait pas pour acheter même un os de porc... Mais ce n'était pas un problème pour elle et son petit groupe : il a rapidement commencé à partager tout ce qu'ils avaient avec moi jusqu'à ce que nous soyons tous satisfaits.
Après de longues heures (plus de trois heures) de plusieurs correspondances et de défis, nous sommes arrivés à l'endroit où je pouvais prendre le bus pour m'emmener à l'endroit où je restais. J'ai dit au revoir à ce groupe incroyable et à leur « leader » (qui était peut-être un archange, pour le plus grand des cœurs), persuadé que mes JMJ ne s'achèveraient pas à la fin de l'événement, mais lorsque j'aurai compris parfaitement la devise.
Fabio, Brésil