– 42

– 41
décembre 11, 2018
– 43
décembre 9, 2018
Il y a cinq ans, lors d’une retraite, j’ai commencé mon parcours en tant que membre de la pastorale des jeunes. Et je dois vous dire que ce furent les cinq meilleures années de ma formation spirituelle.
Je suis une fille joyeuse, persévérante et serviable. Depuis 2017, je suis émue de savoir que les JMJ seront au Panama et que le pape François sera là. Un jour, au milieu de ma prière, je me suis souvenu des JMJ et je les ai laissées entre les mains de Dieu. J'ai ensuite commencé à préparer un thème du Dimanche de la Pentecôte pour le groupe de jeunes.
Je dois vous dire qu'avant j’avais une maladie spirituelle: le surmenage. Il n'y avait donc aucune activité de l'église à laquelle je disais non, alors j'arrivais un peu en retard à toutes les activités, car j'en finissais une pour aller à une autre. Par les « Dieudicences » (les coïncidences de Dieu) de la vie, ce dimanche-là, je n’avais aucun autre engagement : je suis donc arrivée très tôt. Quand j’y suis arrivée, le curé de ma communauté organisait des discussions. Le père m’a demandé si j'irais aux JMJ :
« - Si Dieu le veut, oui, j'ai répondu.
- Et tu as déjà l'argent nécessaire, m’a-t-il demandé.
- Je n’ai qu'un dollar qu'on m’a déjà donné, j’ai dit. »
Et on a rigolé!
Eh bien, dans la mesure où il m'a dit de le suivre et d'entrer dans l'église, je croyais que le Père me réprimanderait. Mais ça ne s’est pas passé ainsi. Je n’y croyais encore moins quand le curé a dit que chaque prêtre du diocèse pouvait choisir un jeune de sa paroisse pour vivre cette expérience : il avait décidé de m'envoyer. J'ai commencé à crier comme une folle, j’étais tombée de joie. J’ai été encore plus surprise quand le Père m'a dit « Ceci est ton cadeau du jour de la Pentecôte ». Je n'aurais jamais imaginé que le Seigneur Jésus me donne une si grande bénédiction.
Aujourd'hui, six mois se sont écoulés depuis cette bonne nouvelle et je ne peux toujours pas croire qu'il reste si peu de temps avant de vivre cette belle expérience!
Le Seigneur agit de différentes manières et me montre encore une fois que ce n’est pas selon mon temps, mais selon le sien.
Lifany Jimènez, Honduras