– 60

– 59
novembre 23, 2018
– 61
novembre 21, 2018
Mes premières JMJ ont été celles de Pologne. Ma foi était vive et je voulais connaître l’expérience des JMJ. Ce doit être quelque chose de très grand pour attirer autant de jeunes que j'ai vu dans les vidéos que je cherchais sur youtube. Ce serait mes premières JMJ et, bien sûr, pas les dernières, car toutes les JMJ auxquelles nous participons tout au long de notre jeunesse ont une raison d'être. La Pologne nous attendait et a laissé sa marque sur de nombreuses âmes, y compris la mienne. L’histoire de la Pologne a forgé l’esprit chrétien de la nation d’une manière incroyable. L’atmosphère dans laquelle nous nous sommes déplacés était donc très favorable pour tirer le meilleur parti de cette expérience. De plus, j'étais préparé et disposais des outils nécessaires pour y arriver. Et, d'une manière ou d'une autre, j’ai réussi. Parce que je ne suis pas revenue la même. Ces messes d'un nombre infini de personnes, parce que ceux qui les regardent depuis leur maison comptent aussi, et avec un silence qui dit tout, elles touchent l'âme. Nous étions les disciples du Christ, unis, aimant les uns les autres comme Il nous a aimés, rassemblant nos forces pour conquérir le monde sous sa bannière, avec son amour.
Juste après la communion, il était impossible que sa présence ne soit pas aperçue ici avec nous, après que tant de personnes aient communié et qu’ils aient le Christ en eux, comme je l'ai fait. Le Christ nous guidait sur le chemin. Un chemin qui n’est plus le même maintenant : je suis maintenant avec tous les chrétiens du monde, ensemble, et pas seulement avec ceux de ma paroisse. Les JMJ m'ont ouvert les yeux, m'ont offert des expériences, m'ont enseigné le monde et m'ont rapprochée du Christ. Il m'a montré que l'Église est une et que c’est seulement là que je parviendrai à devenir sainte, ce à quoi nous sommes tous appelés.
María Palfi, Espagne