– 64

– 63
novembre 19, 2018
– 65
novembre 17, 2018
Je suis Melina Michlig de la paroisse Notre-Dame de Guadalupe. Avec mon mari Ezequiel Sanchez, nous nous sommes connus en 2003 lors d'une rencontre de la jeunesse diocésaine et depuis lors, nous partageons le désir de suivre Jésus dans toute notre vie. Nous nous sommes mariés il y a 5 ans et nous avons deux enfants: Juan Pablo (3 ans) et Salvador (1 an).
Les Journées Mondiales de la Jeunesse ont marqué nos vies et notre histoire, sans que nous nous en sommes aperçus. Nous étions amis en Allemagne en 2005, puis nous étions ensemble à Madrid en 2011, puis nous avons voyagé comme mariés à Rio en 2013, puis nous avons participé avec notre fils Juan Pablo (au pays du Pape Jean Paul II) à Cracovie en 2016 et, si Dieu le veut, nous allons maintenant avec nos deux enfants au Panama en 2019.
Chaque rencontre avec la jeunesse du monde entier et le Saint-Père a laissé une marque dans notre cœur. Nous connaissions l'universalité de l'Église, la diversité et la richesse culturelle des croyants, nous avons appris l'unité dans la différence... Nous vivons vraiment un PENTECÔTE dans chaque JMJ, parce que chacun parle sa langue, mais JESUS au milieu de nous fait que nous sommes un.
L'un des moments les plus forts que j'ai vécus et dont je me souviens avec émotion a été de pouvoir être à l'intérieur de la cathédrale de Rio de Janeiro, lorsque le pape François (quelques mois après son élection) nous a dit de faire du bruit! Et de ne pas ne « passez pas au mixeur » la foi! Je pense que c'était très excitant, en tant que jeunes Argentins, de voir le pape pour la première fois à cet endroit, dans ce contexte et ce moment historique. En particulier, écouter les paroles que Dieu lui a inspirées pour nous m'a donné la force et le désir d'assumer un engagement encore plus grand envers ce que je crois et ce que je veux vivre.
Aujourd'hui, je suis un peu plus grande, mais je veux toujours garder cette flamme vivante dans ma vie... Ayez toujours l'esprit jeune, la force et le courage du jeune, parce que cela vaut la peine de suivre Jésus.
María Melina Michlig, Argentine