– 74

– 73
novembre 9, 2018
– 75
novembre 7, 2018
À la fin de mes JMJ de Rio 2013, j'ai décidé d’économiser pour aller aux JMJ de Cracovie 2016. Mais avec le temps, plusieurs choses ont commencé à changer : j'ai changé de travail, j'ai obtenu un prêt pour faire des réparations chez moi. Alors, j'ai commencé à oublier mon objectif d'aller aux JMJ. Mais comme les plans de Dieu sont parfaits, en février de cette année, un jour à 03h30, la télévision s'est allumée sur l'hymne des JMJ de Rio 2013. J’ai eu la chair de poule et je suis allé travailler avec cette belle chanson dans la tête. J'ai appelé ma mère vers midi et je lui ai raconté ce qui m'était arrivé. Je lui ai dit que je sentais que Dieu me voulait là-bas, en Pologne, je recevait son message. La réponse de ma mère a été : « Ma fille, je te soutiens, peut-être pas financièrement, mais compte sur moi. En plus, je veux que tu partes. » Et c’est à ce moment-là que mon chemin a recommencé pour atteindre les JMJ : des jours entiers à aller d’églises en églises pour solliciter de l’aide, avec ma tirelire à la main, proposant des tickets de tombolas. Tout un défi, et à la fin j’ai réussi, je suis allé à Cracovie pour vivre les JMJ.
Mon expérience en Pologne a été enrichissante. Je me suis rendu compte que nous n’avions pas besoin de connaître les personnes pour pouvoir leur offrir un soutien. Je me suis rendu compte que le langage de l’amour est le meilleur du monde. Deux langues différentes se retrouvent en une prière pour notre Seigneur Jésus. J'ai eu l'occasion d'être proche du pape François le jour du Chemin de croix. Ce jour-là, j'ai compris que ma mission dans ce monde est d'aider, de montrer Jésus vivant et ressuscité, en tant que témoin de la vie. Je sais que cette expérience que j'ai vécue a transformé ma vie. Avant l'Eucharistie, c'était optionnel ; maintenant c'est un engagement auprès mon Père Dieu et son fils Jésus. J’ai abandonné les péchés qui nuisaient à ma vie. J'apprécie davantage mes proches et cherche des moyens de partager plus de temps avec eux.

En rentrant de mon voyage avec un grand sourire, j'ai réalisé que lorsque tout est entre les mains de Dieu, tout se passe bien.

Adriana Avila, Colombia